Concordiasi

The McMurdo Post (season II)

6 novembre -- November 6

Ross Island, McMurdo and Erebus
Notre départ est prévu ce jour.
Arrivés en fin d’hiver, pour la saison « Winfly », nous avons vécu, jour après jour, le retour du soleil après la longue nuit polaire. Sur ce coin de terre au-delà des frontières, alors absolument invivable, sublime d’une beauté terriblement captivante, ce sont les « hivernants » et les « Winfliers » de McMurdo qui nous ont accueillis chaleureusement. Communauté de personnalités très attachantes, chacun est arrivé ici par passion, chacun s’intéresse aux autres, on découvre peu à peu les motivations des uns et des autres. Ici les règles sociales sont réduites à l’essentiel, pas de barrières d’âge ou de hiérarchie. Pas de complication non plus dans les relations de travail, on est là pour autre chose, et de plus, des difficultés, ici la nature en apporte déjà suffisamment.
Pour nous, deux mois de confrontation avec les éléments naturels, le froid intense et surtout le vent, jeu de poker menteur encore, malgré toute l’aide de nos collègues météorologistes. Un jeu source de stress bien sûr, passionnant cependant.
Aujourd’hui nous quittons la station, notre système d’observation est bien en place, au dessus du continent dans l’air glacé. Ces systèmes que nous avons tant et plus torturés à Toulouse, Palaiseau, Boulder, Laramie ou West Lafayette sont à leur place, là-haut dans la stratosphère, dérivant en silence sous leurs belles bulles d’hélium. Nous sommes enfin détendus et fiers, une fierté partagée par les personnes de la station, et tous ceux qui ont œuvré à ce projet en France et aux Etats Unis.
Depuis deux semaines ici le soleil ne se couche plus, la glace a fondu des toits, notre communauté Winfly s’est peu à peu diluée dans la foule des nouveaux arrivants, notre saison est bien arrivée à son terme.
Nous sommes heureux de rentrer, mais déjà nostalgiques d’une part de vie extraordinaire que, de plus, nous ne parviendrons que très peu à faire partager au-delà de ceux avec qui nous l’avons vécue. Alors, que faire pour chasser ce spleen, sinon regarder vers l’avant, « nothing behind me, everything ahead of me, as is ever so on the road” , OK J. Kerouac.
Allez, pour commencer, nous allons rejoindre nos collègues de Toulouse, qui assurent le suivi des vols, rester à l’écoute des demandes de nos collègues scientifiques qui suivent l’évolution des mesures, et maintenir aussi longtemps que possible notre observatoire stratosphérique.
Our departure is for today.
Arrived by late winter for the "Winfly" season, we have lived, day after day, the return of the sun after the long polar night. Down here beyond the frontiers, a place then definetely not made for humans, sublime by its terribly fascinating beauty, we were warmly welcome by winter-over people and McMurdo winflyers. Community of engaging characters, each of them arrived here by passion, each of them get interested to others, one discovers little by little other's motivations. Here, the social rules are very limited, no age or hierarchy barriers. No complication either in work relations, we are here for something else, and moreover, difficulties are already brought in numbers by the Nature.
For us, two monthes of confrontation with natural elements, the intense cold, and above all the wind, a poker game again despite all the help from our meteorology colleagues. A stressful game, passionating though.
Today we leave the station, our observing system is well in place above the continent, in icy air. These systems that we have so many times stressed in Toulouse, Palaiseau, Boulder, Laramie or West Lafayette are where they shoud be, up above in the stratosphere, silently drifting under their beautiful helium bubbles. We feel finally relaxed and proud, a proudness shared by people in the station, and all those who worked hard on this project in France and in the US.
Since two weeks already the sun does not set, ice melted on the roofs, our Winfly community little by little has diluted in the crowd of newcomers, our season has definitely come to an end.
We feel happy to come back, but already nostalgic for a extraordinay piece of life, which, furthermore, will be very difficult to share beyond those who were here. So what can we do to get rid of this spleen except looking forward, "nothing behind me, everything ahead of me, as is ever so on the road” , OK J. Kerouac.
OK, to begin with, we will join our Toulouse colleagues who monitor the flights, keep listening the demands of our scientific colleagues who monitor the measurements, and maintain as long as we can our stratospheric observatory.

3 au 5 novembre -- November 3 to 5

Le matériel est soigneusement répertorié et mis en condition pour le transport, pour l’essentiel, il sera enlevé de la station vers fin janvier, pour être acheminé par bateau vers la Nouvelle Zélande puis de là vers la France. Un brise-glace affrété par la NSF ouvrira un chenal, puis un cargo accostera au nouveau quai de glace de la station. Une petite partie du matériel sera transportée par avion.
Jeudi soir, cérémonie à la mémoire des victimes de l’accident d’hélicoptère de Dumont d’Urville, envoi d’un message de sympathie vers les familles et les membres des expéditions françaises en Antarctique, sentiment d’appartenir à une communauté sur ce continent.
The equipment is carefully indexed and prepared for transportation. Most of it will leave the station by the end of January to be shipped to New-Zealand, and from there to France. An ice-breaker chartered by the NSF will open a channel, so that a cargo will be able to accost along the new ice pier. A small part of our equipment will be on air cargo.
Thursday evening, funeral to the memory of the casualties of the chopper accident in Dumont d'Urville. A message of sympathy is sent to their families and to the members of French poalr expeditions. We feel to be part of a community on this continent.

2 novembre -- November 2

Départ de quatre d’entre nous vers la Nouvelle Zélande.
Four of us are departing to New-Zealand.

1er novembre -- November 1st

Full Noon Midnight, MidRats time
Démontage ce jour du Centre de Contrôle Lâchers pour le suivi des vols. Cela marque la fin de nos opérations depuis l’Antarctique.
Depuis une semaine le cadran solaire de la station fonctionne 24 heures sur 24.
Dismantling of the Launch Control Center for the monitoring of balloon flight. This is the end of our operations in Antarctica.
Since one week, the sundial works 24 hours a day.

31 octobre -- October 31

Repos. Du vent mais une visibilité exceptionnelle. Certains peuvent profiter d’une visite organisée vers Barnes Glacier et le site historique des cabanes de Cap Evans. Une équipe de Shackleton s’y était trouvée isolée en hiver 1915 après que leur navire eut arraché ses amarres. L’ancre de « l’Aurore » est toujours en place.
Rest. Windy but awesome visibility. Some can enjoy a trip to Barnes Galcier and the historical site of Cape Evans huts. A A Shackelton's team was isolated here during 1915 winter after their ship broke her moorings. The "Aurora" anchor is still there.

30 octobre -- October 30

American C-130 to DDU
Ce matin un avion C-130 décolle de McMurdo, pour se placer en vol stationnaire dans la région de l’accident d’hélicoptère de Dumont d’Urville, et ainsi participer aux opérations de secours. Mélanie est à bord pour aider au dialogue entre l’équipage américain du C130 et les équipes de l’institut Polaire Français IPEV au sol.
This morning, a C-130 airplane takes off from McMurdo, to make a stationary flight above the chopper accident area in the vicinity of Dumont D'Urville, and to help the safety operations. Mélanie is onboard to ease the communications between the C-130 American crew and the teams of the French Polar Institute IPEV on the ground.

29 octobre -- October 29

Patrick and his balloon Match with PSC18
Concordiasi last launch by Wyoming team
L’équipe de Terry Deshler du Wyoming réalise un vol de ballon sonde ozone, au passage en survol de McMurdo du vol de longue durée PSC18. Ce vol « match » va permettre de contrôler la mesure effectuée en continu depuis 30 jours par le photomètre ozone du CNRS-LMD à bord de PSC18. Ce type de vol de calibration est également effectué au passage des ballons de longue durée au dessus d’autres stations.
Il s’agit finalement là du dernier lâcher Concordiasi réalisé depuis McMurdo. Peter Milne, responsable des programmes atmosphère-océan à l’Office des Programmes Polaires de la National Science Foundation assiste à l’opération.
Au dîner, on apprend qu’un hélicoptère s’est écrasé près de la sation française de Dumont d’Urville. Cette station est située à environ 1500 km au Nord Ouest de McMurdo, une participation de McMurdo aux opérations de secours est en cours de définition.
Terry Deshler's team, from Wyoming, performs an ozone sounding while the long-duration balloon PSC18 is flying over McMurdo. This match flight is meant to check the ozone measurements performed continuously by the LMD photometer onboard PSC18. This kind of calibration flight is also performed from other stations when long-duration balloons are in the vicinity.
This is actually the last Concordiasi launch from McMurdo. Peter Milne, in charge of atmosphere-ocean programs in the Office of Polar Programs within the National Science Foundation, attends the operations.
During dinner, we are told that a chopper has crashed close to the Dumont D'Urville French station. This station is located 1,500 km on the North-West of McMurdo. A participation of McMurdo in the safety operations is being defined.

28 octobre -- October 28

NASA launch site
DJ JP Chamonix
Le démontage de nos installations se poursuit.
Cette après-midi, nous visitons le site de lâchers pour vols Ballons de longue durée de la NASA. La NASA lance ici de très gros ballons « ouverts » pour des missions d’astronomie. Les lâchers (2 à 3 par ans) ont lieu en plein été (début décembre), l’absence de successions de jours et nuit dans cette région à cette période de l’année permet de réaliser avec ce type de ballon « classique » des vols de longue durée, jusqu’à six semaines dans la moyenne stratosphère. La base est située sur l’Ice Shelf, la glace de mer permanente, à 10 km au Nord-Est de la station. Les bâtiments sont montés sur ski. Après l’été, on les déplace sur des buttes de neige tassée, de façon à éviter l’accumulation de neige dérivante à leur base, puis au printemps ils sont remis à leur emplacement initial. Cela permet d’éviter leur enfouissement progressif année après année. Les bâtiments fixes construits au début des années 90, au démarrage de cette activité ont aujourd’hui totalement disparu. Leur toiture est actuellement 8 m sous la glace.
Ce soir c’est DJ JP Chamonix qui anime Radio McMurdo (104.5 MHz). Sa principale concurrente ? Radio Scott base (97 MHz).
The dismantling of our installation is going on.
This afternoon, we visit the NASA long-duration balloon launch site. The NASA launches here very large "open" balloons for astronomy missions. The launches (2 or 3 per year) take place during summer (from early december). The permanent day time in the region at that time enables them to make long-duration flights with this kind of balloons, up to six weeks in the stratosphere. The base is on the ice shelf, the permanent sea ice, 10 km to the North-East of the station. The buildings are put on skis. After the summer, they are moved on mounds of packed snow so as to avoid the accumulation of drifting snow at their base. The next spring, they are moved back to their initial site. This is done to avoid their progressive burying year after year. The fixed buildings, erected in the early 90's, when this activity started, have now completly disappeared. Their roof currently lies 8 m below the ice surface.
This evening, DJ JP Chamonix is on air on Radio McMurdo (104.5 MHz). Its main rival ? Radio Scott base (97 MHz).

27 octobre -- October 27

Sea water filtration McMurdo new power plant
Journée tranquille, décompression après le dernier lâcher, et début du démontage de nos installations.
Visite de quelques infrastructures de la station. L’électricité, environ 2 MW, est produite majoritairement par des générateurs à moteur thermique, mais depuis le printemps dernier, une partie est générée par des éoliennes, jusqu’à 30% certains jours. Malgré tous les efforts de réduction de la consommation d’eau, la station de production d’eau douce doit fournir en pleine saison plus de 200 m3 par jour. L’eau est pompée de la mer, à travers la banquise. Après un premier filtrage, elle est dessalée par « osmose inverse », un procédé de forçage de l’eau par forte pression à travers une membrane semi-perméable, choisi ici pour sa faible demande en énergie.
Les eaux usées sont traitées classiquement, après purification l’eau est rejetée à la mer, et les boues séchées sont transportées aux Etats Unis par bateau, Protocole de Madrid, pour la protection de l’environnement en Antarctique, oblige.
An easy day, without pressure after the last launch, start of dismantling our installations.
We visit some facilities of the station. The electicity, about 2 MW, is mainly produced by thermal-engine generators, but since last spring, a part of it is generated by wind mills, up to 30% on some days. Despite all the efforts made to reduce water consumption, the water production station has to furnish more than 200 m3 of fresh water per day during mainbody. The water is pumped from the sea through the ice. After being filtered a first time, the salt is removed through reverse osmosis, a process which pushes water under high pressure through a selective membrane, and which is used because of its inherent low power concumption.
Used waters are classicaly treated: after being purified, they are rejected to the sea, and the dried muds are shipped back to the US. This is an obligation imposed by the Madrid protocol of environmental protection to the Antarctic treaty.

26 octobre -- October 26

Farewell MSD008 (© Jean Noel Valdivia)
Le temps est couvert, venteux tôt le matin, comme prévu… Le modèle « Arome » spécialement ajusté sur la région pour cette campagne par Météo-France, ainsi que « AMPS », son équivalent américain ont prévu une accalmie à partir du milieu de matinée. Et effectivement une accalmie s’installe peu à peu. Le temps est couvert, ce n’est pas idéal pour les photos, mais enfin tant pis, on ne peut pas tout avoir.
A 10H35 le dernier ballon de la campagne s’envole, et tout se déroule bien.
Le premier lâcher a été effectué le 9 septembre. 40 jours travaillés se sont écoulés depuis. On a donc lâché en moyenne un ballon tous les deux jours, une belle performance compte tenu des conditions météorologiques qui, à plusieurs reprises, ne nous ont offert qu’une seule journée exploitable dans la semaine.
The sky is overcast, and the weather windy in the morning, as forecast... The "Arome" weather model specially implemented for us by Meteo-France, and its American counterpart, AMPS, have forecast a lull from the middle of the morning on. And actually, the wind is slowly decreasing. The sky is still very cloudy, which is not ideal for pictures, but, well, that's the way it is.
At 10:35 am, the last balloon of this campaign is taking off, and everything goes well.
The first launch has been performed on September 9. 40 working days have elapsed since then. We have thus launched one balloon every two days in average, a nice performance given the weather conditions, which, in many occasions, were favorable only one day in a week.

25 octobre -- October 25

C’est le début de la dernière semaine opérationnelle, il faut absolument réussir le lâcher pour le dernier vol. Les prévisions de trajectoires sont bonnes pour les trois jours à venir. En revanche, les prévisions pour les conditions de vent au sol sont acceptables mardi, défavorables les trois jours suivants.
La préparation pour une deuxième tentative de lâcher pour MSD08 s’engage sans tarder. Ballon et contrôle du gaz sur le site de lâcher, ensemble suspendu au laboratoire d’intégration. Nick du NCAR a commencé dès hier le contrôle de la nacelle Driftsondes et de ses 54 dropsondes.
Ce soir nous sommes prêts.
It is the beginning of the last week of operation, and we absolutely have to make the last launch. The trajectory forecasts look good for the three coming days. But the surface winds are only acceptable on tuesday.
The preparation for the second attempt to launch MSD08 starts without any delay. Balloon and gas check on the pad, flight chain in the lab. Nick, from NCAR, has started the checking of the driftsonde gondola and its 54 dropsondes since yesterday.
This evening, we are ready!

24 octobre -- October 24

The balloon trajectories The dropsoundings (courtesy NCAR)
Beau temps, clair et calme, 3 de plus parmi nous osent enfin se lancer sur la boucle de Castle Rock, ils ne le regrettent pas.
Le soir présentation du projet à la station, j’assure une présentation générale du programme, Terry lui donne un aperçu des premières mesures scientifiques. Beaucoup, directement impliqués ou non dans notre activité, reçoivent enfin de quoi satisfaire leur curiosité. Parmi les planches de présentation, les trajectoires des vols à ce jour, qui restent bien centrées sur le Continent Antarctique , et pour les vols MSD les positions des « dropsondages » réalisés (les petits ballons rouges le long des trajectoires).
Beautiful weather, bright and calm, 3 of us dare at last to engage on Castle Rock loop, and they don't fell any regret!
On the evening, we make a presentation of the project to the station: I (Philippe Cocquerez Sr.) present the general objectives, while Terry gives an overview of the first scientific results. Many, whether directly involved in our activity or not, finally get some information to satisfy their curiosity. Among the slides, an updated map of the flight trajectories, which stay well centered on Antarctica, and for the MSD flights, the positions of the dropsoundings (the small red balloons along the trajectories).

23 octobre -- October 23

An early cutoff (© Jean Noel Valdivia)
À nouveau la prévision de trajectoire convient, le vent est faible, nous tentons de réaliser le lâcher pour le dernier vol. Tout se passe bien jusqu’au moment du largage. L’un de nos deux porteurs de charge utile trébuche et la nacelle Driftsonde touche le sol avant son envol sous le ballon. Dans le choc, plus de la moitié des dropsondes ont été éjectées. La décision d’interrompre le vol est prise très rapidement. On observe la séparation et la courte descente sous parachute. L’ensemble suspendu est tout de suite récupéré et déposé en sécurité dans notre laboratoire d’intégration pour inspection et une nouvelle préparation au vol, lundi.
The trajectory forecast is OK again, the wind is light, we attempt the launch of our last flight. Everything goes well until the last moment. One of our payload carrier stumbles and the driftsonde gondola hits the ground before being carried by the balloon. In the impact, more than half of the dropsondes are ejected. The decision to stop the flight is taken very quickly. We observe the cutoff and the short descent under the parachute. The flight chain is immediatly recovered and taken back to our integration lab to be inspected and recustomed for the flight on monday.

22 octobre -- October 22

Aujourd’hui, la neige tombe, la température est relativement douce -9°C. Cette neige est douce et ne crisse pas sous nos pas, on s’y enfonce même, un dépaysement, on se croirait dans nos montagnes. Drôle de printemps décidément cette année, en 2005 nous n’avions pas subi de chute de neige, un phénomène alors rare ici. Un vent faible pourrait nous faire envie d’effectuer le dernier lâcher malgré cette neige, mais la trajectoire n’est de toute façon pas bonne, on y renonce.
Is is snowing today, the temperature is relatively mild, -9°C. This snow is soft and does not grate under our steps, we even sink in it like in our mountains, bewildering! A really strange spring this year: in 2005, it never snowed around here.
A light wind could tempt us to make the final launch despite this snow, but the trajectory is not good, so we give up.

21 octobre -- October 21

Seal cub and balloon (© Charlie Martins) Taking a nap (© Philippe Gelot)
La trajectoire devient favorable pour un vol bien proche du cœur du tourbillon d’hiver, les conditions de vent au sol sont bonnes également, alors on lâche, pour le vol MSD12. Un jeune phoque est apparu près de notre base, arrivé au travers des « crevasses de marée » (tidal cracks) qui se forment sur la banquise au bord de l’île.
C’est le premier animal que nous voyons depuis notre arrivée à la station. Il vient faire la sieste sur la glace, nous évitons de le déranger.
The trajectory is becoming favorable for a flight close to the core of the winter vortex, surface conditions are fine too, so we launch flight MSD12. A young seal appeared close to our base: it arrived though`tifal cracks which form in the vincinity of the Island.
It is the first animal that we have seen since our arrival at the station. It comes to make a nap on the ice, and we avoid disturbing him.

20 octobre -- October 20

La journée, réduite par notre activité de la nuit précédente, est consacrée à la préparation des deux derniers vols.
La population de la station augmente de jour en jour, nous travaillons aussi à réduire notre occupation des espaces de travail.
Due to our activity last night, today is entirely devoted to the preparation of the two remaining flights.
The station population is increasing day after day, and we also have to work at reducing the space we occupy.

19 octobre -- October 19


Les prévisions météorologiques annoncées au briefing du matin sont défavorables, des rafales à plus de 10 mètres par seconde sont attendues à partir de la mi-journée. Ce n’est pas de chance car la trajectoire prévue est, elle, conforme à nos critères à partir de la fin de la journée, plus tôt elle est trop éloignée du Continent. Par le grand calme du matin, nous hésitons à ne pas en profiter pour lâcher malgré tout. Mais finalement, nous prenons le risque d’attendre la bonne trajectoire. Et le temps nous donne raison, nous pouvons effectuer un premier lâcher à 18H, puis un second à 21H. Durant le premier lâcher, un «parhélion » (« sundog »), halo qui forme une couronne colorée autour du soleil, vient décorer la scène du lancement.
The weather forecasts of the morning met briefing are not encouraging: gusts higher than 10 m/s are expected from noon on. This is really no luck as the balloon-trajectory forecasts itself would be perfect in the afternoon but not in the morning! Hence we hesitate to launch and take advantage of the very calm conditions this morning. But we finally decide to risk waiting for a trajectory that suits our needs. And the weather favours us: we can perform a launch at 6pm, and another one at 9pm. During the first launch, a "sundog", a colourful halo around the sun, lights up the launching scene.

18 octobre -- October 18

Le vent est trop fort ce jour pour nos opérations, mais de doutes façons le coeur du tourbillon polaire est trop éloigné de la région de McMurdo, les ballons suivraient une trajectoire trop éloignée du Continent.
L’expertise des charges utiles récupérées se poursuit, en coordination avec nos collègues de Toulouse. Nous procédons à quelque ultime mise au point sur les quatre dernières charges utiles en attente de lâcher.
The wind is too strong today for our operations, but the vortex center is located too far away from McMurdo anyway, so that the balloons would follow a trajectory not relevant for us.
We continue to perform the evaluation of our recovered paylaods with our Toulouse colleagues, and the four remaining payloads undergo final adjustments.

17 octobre -- October 17

Repos. Une troisième journée de pure clarté, -20°C et un vent de 10 m/s.
Rest. A third day with pure brightness, -20°C and 10 m/s wind.

16 octobre -- October 16

Last sunset over Erebus
Les conditions sont encore favorables pour un lâcher, mais les trajectoires de ballons lancés ce jour seraient trop éloignées du Continent Antarctique, un peu frustrant. C’est lié à la position du tourbillon polaire d’hiver, dont le centre s’est éloigné de McMurdo. On prévoit une amélioration de la situation en début de semaine prochaine.
Les ballons pour les quatre derniers vols sont préparés, deux étendus sur table, on est paré pour le prochain calme, avec le centre du « vortex » pas trop loin de nous.
Dans la soirée, certains d’entre nous se mettent en route sur la Castle Rock loop, pour une promenade « nocturne ». On veut profiter une dernière fois d’un coucher de soleil sur l’Erebus. C’est précisément dans quatre jours que le soleil ne se couchera plus ici.
Conditions are still favorable for launching, but the forecast balloon trajectories are too far away from Antarctica, a bit frustrating. This is due to the position of the winter stratospheric vortex, whose center has gone away from McMurdo. An improvement is forecast by the beginning of next week.
The balloons for the remaining four flights are ready, two laid on the table: we are ready to take the next calm condition opportunity, with the vortex center close to us.
In the evening, some of us head off on the road to Castle Rock, for a "night-time" promenade. We want to take the last opportunity to see the sun setting behing the Erebus. In 4 days precisely, the sun will no longer set around here.

15 octobre -- October 15

On our way to PSC15 recovery PSC15 on the Ice Shelf
PSC15 recovery
Enfin un ciel pur et le grand calme.
Un premier lâcher le matin. Le vent se lève dans l’après-midi, mais on trouve un créneau dans nos limites, tout juste. Deux vols de plus, MSD10 et MSD03, restent quatre encore, tous du type MSD.
Les hélicoptères sont en opération à la station depuis 15 jours, la tentative de récupération de la charge utile du vol PSC15, que l’on a posé à 80 km au Sud Est de la station il y a quatre semaines, est programmée, mais a du être reportée jour après jour pour cause de conditions météorologiques défavorables. Aujourd’hui enfin, les conditions sont idéales. Dans la soirée, nous pouvons disposer d’un hélicoptère, le soleil rasant devrait nous aider à percevoir le matériel au sol. A notre étonnement, la charge utile est rapidement repérée au point d’atterrissage. Nous nous posons sur le Ross Ice Shelf, la banquise permanente qui s’étend sur des centaines de kilomètre au Sud Est de l’Ile de Ross où est implantée la station. Nous la récupérons sans difficulté.
Une journée bien remplie.
At last, a clear sky and calm.
A first launch this morning. The wind rises in the afternoon, but we find a window just within our wind limits. Two more flights, MSD10 and MSD03. Still four to go, all MSD type.
The choppers are operating in the station since 15 days. The attempt to recover PSC15 payload, which we landed 80 km South East from the station four weeks ago, is planned, but has been postponed day after day because of unfavourable meteorological conditions. Today at last, the conditions are ideal. In the evening, a chopper is available for us, and the sun, low on the horizon, should help us to find the material on the ground. To our surprise, the payload is quickly located on its landing point. We land on the Ross Ice Shelf, the permanent ice pack which extends over hundreds of kilometers to the South-East of Ross Island, where McMurdo is implanted. We recover the payload without difficulties.
What a busy day!

14 octobre -- October 14

A cowboy ballooner bunch getting freezed
A view through Hut 10 bow windows Terry playing Laramie folk on his guitar
Encore du vent.
Ce soir nous recevons les personnes de la station les plus impliqués dans le projet, à « Hut ten », au menu quelques spécialités du Sud-Ouest de la France, vous devinerez bien lesquels. La construction de la station au milieu des années cinquante avait été confiée à la Navy. « Hut Ten » était la résidence du Commandant de la base. Un peu de luxe et des bow windows sur la banquise. Terry Deshler du Wyoming, qui depuis les temps reculés des premiers vol de BPS (Ballons Pressurisés Stratosphériques) en région Arctique travaille avec nous, et nous a aidé à monter ces programmes de coopération Franco-Américaine (Stratéole-Vorcore en 2005 avant Concordiasi) sort sa guitare et nous chante l’histoire des BPS.
Still windy. This evening, in "Hut 10", we are hosting the people on the station who are the most involved in the project. The menu is composed of specialties from Southwestern France --- you can guess which ones. The building of the station in the middle of the 50's was undertaken to the Navy. "Hut 10" was the residence of the base commander. A bit of luxury and some bow-windows onto the ice. Terry Deshler from Wyoming, who has worked with us since the old days of the first superpressure-balloon (SPB) flights in the Artic, and who helped us to organize these French-American cooperation programs (Stratéole Vorcore 2005, and now Concordiasi), is singing the SPB story, accompanying himself on his guitar.

13 octobre -- October 13

Les conditions sont favorables à un lâcher ce jour, mais nous sommes dans l’attente de résultats d’investigations menées à Toulouse sur des anomalies observées sur certains vols, nous ne profitons pas de cette opportunité.
Conditions for launching are favorable today, but as we are expecting results of investigations conducted in Toulouse on anomalies observed on some flights, we don't use the opportunity.

12 octobre -- October 12

Take off and landing sites of PSC 16
PSC 16 payload recovery PSC 16 trajectory
Trop de vent toujours, alors la priorité est donnée à la récupération de la charge utile du vol PSC16. De la fenêtre de notre bureau nous voyons son point d’envol et, à moins de 10 km, le point d’atterrissage. Une chance invraisemblable que le ballon soit repassé en survol de la station après son voyage de 30 jours autour du Continent. L’atterrissage s’est passé en douceur ; en début d’après midi, la charge utile est de retour dans le laboratoire d’intégration.
Still too windy, so priority is given to the recovery of PSC 16 payload. From our office window, we can see from where this balloon was launched, and less than 10 km away, where it landed. It is really an incredible piece of luck that the balloon flew over the station again after a 30-day journay around Antarctica. The landing has been very smooth. Early in the afternoon, the payload is back in our integration lab.

11 octobre -- October 11

Balloon PSC16 before cut off
Trop de vent pour nos opérations, encore ce jour. Nous poursuivons la préparation des six derniers vols à réaliser.
Ce soir nous offrons une soirée au « Gallagher’s », l’un des trois bar-cafés de la station. Notre DJ Bobby fait danser la base sur Louise Attaque, Plastic Bertrand et autres du style, gros succès.
Tard dans la nuit nous procédons à l’arrêt du vol PSC16. Sa mission scientifique est terminée, et nous avons la chance qu’il passe en survol de la station. Nous allons alors tenter la récupération de la charge utile. La séparation est réalisée alors que le ballon est en visibilité. Nous sommes deux observateurs dehors dans le silence de la nuit très claire. Nous observons la séparation et, à notre stupéfaction, nous percevons un « bang » : pas de doute, c’est l’éclatement du ballon que nous avons perçu. Une fois libéré du poids de la charge utile, le ballon s’élève rapidement, la pression atmosphérique diminue, il se trouve alors en surpression de plus en plus forte, jusqu’à éclater.
Too windy for our operations again today. We continue with the preparation of the remaining 6 flights.
This evening, we are hosting a dinner at "Gallagher's", one of the three coffee-bar of the station. Our DJ Bobby makes everyone dance to Louise Attaque, Plastic Bertrand and others of the same style: big success.
Late in the night, we proceed with the termination of flight PSC16. Its scientific mission is over, and we are lucky that it passes just above the station. We are then going to attempt to recover the payload. The cut off is performed while we have the balloon in visual contact. There are two observers outside in the silence of the clear night. We observe the termination, and, to our great surprise, we hear a "bang": no doubt, we are witnessing the balloon bursting. Once freed from the weight of the payload, the balloon is rising quickly, and as the atmospheric pressure is decreasing, the balloon is more and more pressurized, until it eventually bursts.

10 octobre -- October 10

Repos, trop froid, trop venteux, trop couvert pour se lancer sur la glace. Voilà dix jours que nous n’avons pas aperçu le soleil, alors que déjà il ne se couche plus.
Rest, too cold, too windy, too cloudy to engage on the ice. We haven't seen the sun for the last ten days, despite the fact that it no longer sets.

9 octobre -- October 9

Retour d’un vent modéré mais trop fort pour nous. De toute façon, le centre du tourbillon stratosphérique polaire s’est trop éloigné de la région, un ballon lâché ce jour aurait une trajectoire trop éloignée du Pôle Sud.
Au bilan, la seule journée de la semaine propice aux lâchers a été bien utilisée.
A moderate wind is back, too strong for us. Anyway, the center of the polar stratospheric vortex is too far from the station: a balloon launched today would have had a trajectory too far away from the South Pole.
On balance, we made the most of the only day this week favourable to balloon launches.

8 octobre -- October 8

Marc's last check
Enfin du calme. Un premier lâcher le matin, pour une nacelle « driftsonde », puis un second l’après midi pour le dernier des vols à nacelle tri-instruments. Après à peine une minute d’ascension, les ballons disparaissent dans les nuages. La charge utile est similaire à celle du lâcher du 29 septembre : une combinaison, sondeur atmosphérique par occultation GPS, photomètre ozone et capteurs atmosphériques. Pour ce vol c’est le photomètre de l’Université du Colorado qui est embarqué.
Calm at last. A first launch in the morning, with a driftsonde gondola, then a second one in the afternoon with the last gondola with three instruments. Within the first minute of ascent, the balloons disappear in the clouds. The payload is similar to the September-29 flight: GPS occultation sounder, ozone photometer, and meteorological sensors. On this flight, it is the Colorado University photometer which is embarked.

7 octobre -- October 7

Tethered yellow fish
Encore du vent. Sur le terrain pendant les lâchers, c’est un poisson captif qui est notre meilleur guide.
Still windy. On the pad during launch, our best guide is a tethered fish.

6 octobre -- October 6

Bulldozer in the storm
La tempête, « condition 1 », nous sommes coincés à la station. Nos amis précieux, les conducteurs de bulldozers dégagent les accès.
Nous procédons à des contrôles renforcés sur les charge utiles des prochains vols.
Storm, "condition 1", we are forced to stay in the station. Our valued friends, the bulldozer drivers are freeing every access.
We perform reinforced checks on the payloads for the coming flights.

5 octobre -- October 5

Hold it well, Snoopy
Our first anemometer Our second anemometer
Du vent, encore. Pendant les repas c’est Snoopy qui nous tient informé de la situation.
La préparation des charges utiles avance bien.
Wind again. During meals, it's Snoopy who keeps us informed of the situation.
The payload preparation is progressing well.

4 octobre -- October 4

Wind today
Du vent, notre repère le matin, pour un premier œil sur la situation : le drapeau américain qui flotte au loin sur le bâtiment de la météo.
Certaines anomalies ont été observées à bord de certains des ballons, gênant le bon déroulement de la mission scientifique. Nous travaillons en concertation avec nos collègues de Toulouse pour tenter de comprendre et corriger ces défauts.
Wind. Our mark in the morning for a first glance at the situation: the US flag floating above the meteo building at some distance.
A number of anomalies have been observed on some balloons, somewhat bothering the scientific mission. We are working in close coordination with our Toulouse colleagues to try to understand and to fix the bugs.

3 octobre -- October 3

Discovery Hut Scott's crate
Cloudy frozen sea
Entraînement de rugby pour nos 2 semi-pros Mathieu et Pierre. Ils renforcent l’équipe locale, dans la préparation du derby : McMurdo contre Scott Base (Nouvelle Zélande). Cette année 55ème édition, le bilan est encore à l’avantage des Kiwis, 54 victoires à 0.
Visite de Discovery Hut, un vestige des premières expéditions de Scott, il y a plus de 100 ans, très bien conservée par le froid et l’enfouissement sous la neige. Après une dernière occupation en 1917, elle fut désertée, comme toute la région jusqu’en 1955.
Ballade, le vent souffle, on devine le paysage à travers les nuages, on en revient bien lessivé.
Rugby training for our 2 semi-pros: Mathieu and Pierre. They are reinforcing the local team for the upcoming derby: McMurdo vs Scott Base (New-Zealand). This is the 55th match this year, and the Kiwis are still leading: 54 victories, 0 defeat.
Visit to Dicovery Hut, the remainder of one of Scott's first expeditions more than 100 years ago, nicely preserved by the cold and by being buried under the snow. After a final visit in 1917, it was deserted, like the whole region untill 1955.
Trek, the wind is blowing, we can guess the landscape through the clouds. We return Exhausted.

2 octobre -- October 2

Nick and Charlie from NCAR Driftsonde in flight
Vent violent et neige.
Voici la nacelle « Driftsonde », et nos deux collègues du NCAR qui présentent une « dropsonde » (ou catasonde, en français). La « driftsonde » est la nacelle charge utile des vols « MSD », que nous lançons depuis une semaine. L’objectif est de réaliser des radiosondages de l’atmosphère survolée par le ballon. Le type de mesure réalisée par la dropsonde est très semblable à celle obtenue par les ballons sondes lâchés par les services météorologiques en de nombreux points du globe : la pression, la température et le taux d’humidité de l’air, en fonction de l’altitude, et aussi le vent. Mais ici le sondage est réalisé par la radiosonde larguée depuis le ballon. L’intérêt est que les expérimentateurs scientifiques peuvent choisir le moment optimal du radiosondage, en fonction de la position du ballon, de la position des satellites météorologique, et aussi des caractéristiques de la région survolée. Chacune des six nacelles driftsondes actuellement en vol contient cinquante dropsondes. Ainsi aujourd’hui Météo-France, depuis Toulouse, est en mesure de réaliser, au mieux des objectifs scientifiques, un ensemble de 300 radiosondages sur la région Antarctique.
Violent wind and snow.
Here is the driftsonde gondola, and our two NCAR colleagues who present a dropsonde. The driftsonde is the payload of MSD flights that we are launching for one week. Its aim is to perform radiosoundings of the atmosphere below the ballon. The dropsondes make observations very similar to those collected on sounding balloons launched by meteorological services in many places around the world: pressure, temperature, humidity and wind as a function of altitude. But here, the sounding is performed when the dropsonde is released from the carrier balloon. The advantage is that the scientific experimenters can choose the optimal moment with respect to the balloon position, to the position of meteorological satellites, and also to the region which is flown over. Each of the six driftsondes gondola currently in flight contains 50 dropsondes. Hence, Météo-France is able to perform from Toulouse 300 radiosoundings over Antarctica to meet the campaign scientific goals.

1er octobre -- October 1st

MSD06 launch
We're cool down here! High inspiration
Retour du vent ce matin. La journée est consacrée à la préparation de nouveaux ballons. Nous avons maintenant réalisé plus de la moitié des lâchers, et la campagne se poursuit dans la bonne humeur. La tentative de récupération de la nacelle 15 par hélicoptères se prépare, 4 d’entre nous reçoivent une préparation particulière pour cette opération.
The wind is back this morning. The day is devoted to the preparation of new balloons. We have now performed more than half of the launches, and the campaign is continuing in good mood. The attempt to recover gondola #15 with choppers has begun: 4 of us are specially prepared for this operation.

30 septembre -- September 30

MSD07 launch
Group picture in McTown
Group picture at the camp
Les scientifiques principalement concernés par la première phase de la campagne s’apprêtent à quitter la station, aussi est-il temps ce matin de réaliser des photos du groupe, un grand merci à Holly Troy pour ces photos.
Sur la photo au camp : accroupis : T. Deshler (1), Ph. Cocquerez (2), A. Cardonne (2), Nick Potts (3), J.N. Valdivia (2) ; debout : P. Campbell (1), Ch. Martins (3), M.Minois (4), M. Kovilakam (1), F. Danis (5), M. Bats (2), P.Bergos (2), M. Cazalet (2), S. Sosa Sesma (2), J. Bordereau (5), Ph. Gelot (2), J.M. Lopez (2), L. Kalnajs (6) Absents de la photo : L. Avalonne (6) et S. Smith (1) qui avaient déjà quitté la station.
(1) Université du Wyoming, (2) Centre National d’Études Spatiales, (3) National Centre for Atmospheric Research, (4) Sogeti, (5) Centre National de la Recherche Scientifique-Laboratoire de Météorologie Dynamique, (6) Université du Colorado à Boulder.
Le reste de la matinée est consacrée à la préparation d’un nouveau vol de Driftsonde. Nous effectuons le lâcher en début d’après-midi.
The scientists involved in the first phase of the campaign are leaving the station soon, it's just time to take pictures of the group. Thanks to Holly for the pictures!
On the camp picture: first row: T. Deshler (1), Ph. Cocquerez (2), A. Cardonne (2), Nick Potts (3), J.N. Valdivia (2); second row: P. Campbell (1), Ch. Martins (3), M.Minois (4), M. Kovilakam (1), F. Danis (5), M. Bats (2), P.Bergos (2), M. Cazalet (2), S. Sosa Sesma (2), J. Bordereau (5), Ph. Gelot (2), J.M. Lopez (2), L. Kalnajs (6) Not on the picture: L. Avalonne (6) et S. Smith (1) who already left the station.
(1) Wyoming University, (2) Centre National d’Études Spatiales, (3) National Centre for Atmospheric Research, (4) Sogeti, (5) Centre National de la Recherche Scientifique-Laboratoire de Météorologie Dynamique, (6) Colorado University, Boulder.
The rest of the morning is devoted to the preparation of a new driftsonde flight. We do the launch early in the afternoon.

29 septembre -- September 29

Release! Dancing on the ice
the B-Bop ozone and the GPS Radio-Occulation instruments
Au lever ce jour, le vent souffle, comme attendu. Les dernières prévisions du matin nous donnent une accalmie vers 16H. Mais en réalité dès 9H le vent tombe. Interrogation… observation… et décision de tenter un lâcher, pour un nouveau vol de « driftsonde », tout se passe bien. Belles photos des lâchers « à la volée » des nacelles par Jean Noël.
En début d’après-midi, persistance du vent faible, nous osons alors un second lâcher. C’est pour le vol d’une charge utile d’un nouveau type. Elle est comporte, en plus des capteurs de mesure météorologique et du photomètre ozone du Laboratoire de Météorologie Dynamique, un système expérimental de sondage atmosphérique sous ballon par occultation du signal des satellites GPS. Cet instrument a été réalisé par l’Université de Purdue, Indiana.
Nous avons pu effectuer le second lâcher moins de 4 heures après le premier. Ainsi les deux ballons dériveront relativement proches l’un de l’autre durant quelques jours, cela permettra une comparaison entre les résultats des sondages de l’atmosphère, entre ceux du premier ballon obtenu par les radiosondes larguées (les « dropsondes »), et ceux du second obtenus par observation de l’effet de l’atmosphère sur la transmission des signaux GPS.
Early in the morning, the wind is blowing, as expected. The latest morning forecasts give us a calm down period around 4 pm. But the wind actually abates as soon as 9 am. Interrogation... observation... and a decision to try a launch for a new driftsonde flight. Everything goes well. Nice pictures taken by Jean Noël of gondola launches.
Early in the afternoon, the will is still very low, and we dare a second launch. It's for a new kind of payload. Beside the meteorological sensors and the LMD ozone photometer, it is made of a new balloon sensing system for sounding the atmosphere by occultation of GPS satellites. This instrument has been designed by Purdue University, Indiana.
We manage to make the second launch less than 4 hours after the first. This way, both balloon will drift relatively close to each other for some days, which will allow us to compare the soundings of both instruments: the dropsondes released by the first flight, and the GPS occultations on the second.

28 septembre -- September 28

Ce matin très tôt, le vol PSC16 est passé en survol très proche de la station, à 40 km. Le ciel était clair mais le jour pas assez avancé pour éclairer le ballon : on ne l’a pas vu.
Terry Deshler et son équipe ont lâché, à 2 heures un vol court pour vérifier la calibration des instruments à bord du vol de longue durée. La préparation des charges utiles se poursuit, et nous nous tenons prêts à un nouveau lâcher. Mais le vent ne faiblit pas.
Very early this morning, the PSC16 balloon flew very close to the station, at 40 km. The sky was clear but there was still insufficient daylight for us to be able to see the balloon.
At 2am, Terry Deshler and his crew launched a short-duration balloon to check the instrument calibration on-board the long-duration one. The preparations of payloads continues, and we are getting ready for a new launch. But the wind does not abate.

27 septembre -- September 27

Vent. La préparation des ballons et charges utiles reprend.
Wind. The preparation of balloons and payloads resumes.

26 septembre -- September 26

Repos. Froid, vent, brouillard.
Rest. Cold, wind, fog.

25 septembre -- September 25

Let's be cautious Antarctic preservation!
Encore une journée tentante pour un lâcher. La préparation d’un nouvel ensemble de vol est bien avancée, et peut être achevée dans la matinée. Nous nous mettons en place pour le lâcher en début d’après-midi. Le temps est moins stable, un vent tournant se lève en cours de gonflage, on met en place les systèmes de retenue au vent. Il ne faut pas qu’une forte bourrasque puisse détruire plus que le ballon. Le lâcher a lieu, en Temps Universel à 03H03. Dix minutes plus tard, le vent prend un régime soutenu à 11m/s, bien au-delà de ce qu’aurait pu supporter le ballon. Il était temps…
Après le largage, corvée de ramassage des bandes bleues qui protègent le ballon au cours de sa mise en œuvre au sol.
Nous avons pu en cette fin de semaine engager la deuxième phase de la campagne. Quatre Ballons-Driftsondes en vol, cela permet à Météo-France de commencer, depuis Toulouse, les opérations de largage des radiosondes embarquées à bord de ces nacelles, en corrélation avec les survols des ballons par le satellite METOP et son instrument IASI.
Another inviting day for launching. The preparation of a new flight set is well advanced and can be achieved before noon. We get ready for launching early in the afternoon. The weather is less stable, a turning wind is rising as we inflate, and we have to secure our equipment. It would be a shame if a strong gust damaged the balloon. The launch takes place at 3:03 pm UT. Ten minutes later, the wind is blowing at a sustained 11 m/s, well beyond what the balloon would have been able to bear. We were just in time...
After launching, everyone has to be on duty to collect the blue stripes that protect the balloon while it is still on the ground.
This week we were able to commence the second phase of the campaign. Four driftsonde balloon in the air, allowing Meteo-France in Toulouse to start releasing the radiosondes carried by those payloads, when the METOP satellite and its IASI instrument passes over the balloons.

24 septembre -- September 24

Can you see the thermistor ?
The payload carriers 'Plastic' Jérôme
On observe à nouveau une période de calme durant la journée. Un troisième lâcher est possible, nous le réalisons sans problème. Les charges utiles sont relativement légères, la méthode de lâcher est aussi simple que possible, et repose sur l’habileté et l’agilité des porteurs de charge utile. Alain, le chef de lancement doit savoir anticiper sur la trajectoire du ballon, guider les porteurs Pierre et Philippe, et coordonner leurs actions avec celle de Jérôme en bout de chaîne. De l’artisanat, une équipe, et un acteur souvent imprévisible, le vent.
En extrémité de tous nos vols, éloignés du ballon et des nacelles, les capteurs de mesure de température de l’air. C’est une mesure difficile car il faut minimiser l’échauffement par le soleil qui vient fausser la mesure. Le LMD la réalise à l’aide de résistances microscopiques sensibles à la température, des perle-résistances de 125 microns connectées par un câblage ultrafin, et ultra-fragile.
Le porté de cet élément critique, le plus léger, mais aussi exigeant le plus de vélocité est confié à Jérôme, l’homme de l’équipe pour qui, évidemment, ça plane.
Another period of calm conditions during the day. A third launch is possible, which we manage without difficulties. The payloads are relatively light, the launching method is as simple as possible, and depends on the skill and agility of the paylaod carriers. Alain, in charge of the launching team, has to be able to anticipate the ballon trajectory, to guide the carriers Pierre and Philippe, and to coordinate their moves with those of Jérôme at the end of the chain. Skill, teamwork, and an often unforeseeable actor, the wind.
At the tail-end of all our flights, far from the balloon and gondolas, are the air temperature sensors. This is a difficult measurement, for one has to minimize the Sun's heat, which would distort the measurements. LMD does this with the aid of microscopic thermistors, small 125-micron beads connected by an ultra thin, but ultra fragile wire.
Carrying this critical element, the lightest, but also the one demanding the more velocity is the task of Jérôme, the team member for whom, of course, it works.

23 septembre -- September 23

The new flight chain (with the driftsonde gondola at the bottom)
Airbus landing on the ice MSD02 ready to launch
Enfin un peu de sérénité dans l’air, nous sommes prêts à en profiter, en piste pour de nouveaux lâchers. Après les 4 premiers vols dédiés à l’étude de la destruction de l’ozone stratosphérique, nous entamons la série des vols destinés à fournir des mesures qui aideront à l’exploitation de certains instruments de mesures météorologiques embarqués sur satellites, au cours de leur survol des régions polaires. Et en premier lieu pour le sondeur atmosphérique IASI, développé par le CNES et exploité par Météo-France (parmi d'autres). La charge utile que nous embarquons est la nacelle « Driftsonde » du « National Centre for Atmospheric Research » à Boulder dans le Colorado. Nous la présenterons dans un prochain article.
Un lâcher ce matin, tout se passe bien. Au sol, la brise légère qui nous apporte une douce fraicheur, tout juste frigorifiante, persiste, alors allons y$pour"u~ second lâcher cet après midi.
Ce jour aussi, la pleine saison débute à la Station McMurdo. Bien sûr, la plupart des expérimentateurs scientifiques sont invités à venir effectuer leurs travaux au plus prés de l’été,. C’est alors la saison « Main Body » qui suit la « Winfly » réservée à quelques expérimentateurs d’hiver (cette année, des biologistes et nous). Progressivement la population de la station va doubler, passer de 500 à 1000. En fin de matinée arrive le premier avion. C’est un A-319, d’Airbus. pensée émue pour nos collègues de ce monde là.
At last, a bit of calm is in the air, we are ready to make the most of it, preparing for new launches. After the first 4 flight devoted to the study of stratospheric ozone depletion, we are beginning a new series aimed at providing measurements that will help the exploitation of various space-borne meteorological instruments above polar regions. First on the list is the IASI atmospheric sounder, developped by CNES and used by Météo-France (among others). The payload that we attach to the balloon is the "Driftsonde" gondola from the "National Centre for Atmospheric Research" at Boulder, Colorado. We'll be presenting further details of this in future posts.
A launch this morning, everything goes well. On the ground, a steady light breeze which brings a soft, barely chilling coolness, so let's try for another launch this afternoon.
Today sees the start of the high season in McMurdo. Of course, most of the scientific experimenters are invited to do their work as close to summer as possible. This then is "Mainbody", which follows "Winfly" with only few experimenters (this year, some biologists and us). The station population will progressively double, from 500 to 1000 souls. Late in the morning the first plane arrives. It's an A-319 from Airbus. A thought touched with emotion for our colleagues of that world.

20-22 septembre -- September 20-22

Severe Weather Conditions
Toujours le vent, et même la tempête mercredi : on peut se déplacer entre les bâtiments de la station, mais pas au-delà. La préparation de plusieurs vols se poursuit, pour le calme après la tempête.
Still very windy, and even a storm on Wednesday: we are allowed to move between buildings in the station but not beyond. The preparations of upcoming flights continue, so we can be ready for the return of calm conditions.
Note for our English-speaking readers: the McMurdo Post office in Paris welcomes a new collaborator who will significantly improve the English translation of this originally French-speaking blog!

19 septembre -- September 19

Smoking Erebus
Repos, mais toujours le vent, -50°C en « température de sensation ». Cédant à l’appel du ciel clair, nous nous lançons à nouveau sur la boucle de Castle Rock. Cette fois le Volcan Erebus est bien dégagé, et bien fumant, mais il ne nous réchauffe pas. Nous avons survécu malgré tout.
Rest day, but still very windy, so the wind-chill factor takes it down to -50°C. Lured on by the clear sky, we set off on the Castle Rock loop again. This time, the Erebus volcano is fully visible, and smoking, but it does not warm us at all. We survived nevertheless.

18 septembre -- September 18

Mirage on the ice
Panorama over Black Island... ...and Mount Discovery
Toujours le vent. La préparation des vols à venir progresse bien.
Le printemps arrive, le ciel s’éclaircit, les contrastes se renforcent dans notre panorama quotidien. C’est un peu tôt, nous ne nous étions pas encore lassés des couleurs d’hiver. La banquise qui s’étend jusqu’au continent en face de nous est propice à la formation de mirages. Aujourd’hui une « Fata Bromosa ».
Wind again. The preparation of upcoming flights is progressing well.
Spring is arriving, the sky is becoming brighter, providing greater contrasts in the panorama we see each day. It's a bit too early, we hadn't become bored with the winter colours yet. The ice that extends up to the continent in front of us is auspicious for the formation of mirages. Today a "Fata Bromosa".

17 septembre -- September 17

First flight trajectory
The Toulouse Control Center
La fin du premier vol a été commandée dans la nuit. La charge utile a atterri à 80 km de la station, après donc huit jours de vol. Cette opération a été menée en concertation étroite avec le Centre de Contrôle des ballons, Vols de Longue Durée située au Centre Spatial de Toulouse. La récupération sera tentée d’ici une quinzaine de jours, lorsque les hélicoptères de la station seront mis en opération.
Le vent souffle toujours, interdisant le lâcher de nouveaux ballons.
The first flight termination took place during the night. The payload landed 80 km away from the station, after 8 days of flight. This operation was carried out in close coordination with the long-duration balloon Control Center, within the Toulouse Spatial Center, France. The revovery will be attempted within 15 days, when the station choppers are be able to fly.
It's still windy today: no possible launch !

16 septembre -- September 16

La période de vent faible, propice aux lâchers a pris fin. La préparation des matériels pour les prochains vols reprend.
On a observé une panne à bord du premier vol: la communication entre la nacelle de servitude et la nacelle scientifique n’est plus établie. La prévision de trajectoire indique que le ballon, après une semaine de vol autour du Pôle, va arriver la nuit prochaine en survol de la région de la Station McMurdo. Il est décidé en concertation avec l’équipe scientifique de procéder à la fin du vol dans l’espoir de récupérer le matériel, et surtout les données des mesures vraisemblablement effectuées par les instruments et stockées à bord, depuis la perte de communication entre les deux nacelles.
Le passage du ballon aura lieu dans la nuit. Des zones d’atterrissage préférées sont définies avec l’aide des personnes de la station qui connaissent bien la région.
The light wind conditions, favourable for launches, have come to an end. We are preparing the next flights.
We had some trouble on the first flight: the link between the safety and scientific gondolas is no longer working. The trajectory forecast shows that this balloon will fly over McMurdo again after a one-week loop around the South pole. In coordination with the scientific teams, it is decided to end the flight, so as to hopefully recover the gondolas, and most importantly the data that have been recorded onboard.
The ballon overflight will happen tonight. Landing areas are identified with the help of the station staff who are familiar with the surrounding area.

15 septembre -- September 15

The LMD ozone instrument Debrief after launch
À nouveau un lâcher ce jour, à 3H10 (bien sûr) : le quatrième et le dernier des vols consacrés à l’étude de la destruction de l’ozone. On est très content d’avoir pu réaliser ces quatre lâchers dans la première moitié de septembre, car c’est la période où le soleil éclaire à nouveau le tourbillon polaire d’hiver et permet la mise en route d'une suite de réactions chimiques impliquant notamment les composés chlorés conduisant à la destruction de l’ozone.
La charge utile est identique à celle du premier vol, et très semblable à celle des deux vols précédents. Le photomètre ozone est ici celui développé par le Laboratoire de Météorologie Dynamique, à Palaiseau. Sur les deux vols précédents, c’était celui de l’Université du Colorado à Boulder.
Après le lâcher, débriefing : c’était aujourd’hui un lâcher en conditions très froides, -39°C au début des opérations.
A new launch today, at 3:10pm (of course). This is the fourth and last flight devoted to the study of ozone depletion. We are pretty happy to have been able to make these four launches during the first half of september, because this is the time when the sun is coming back over Antarctica and enables chemical reactions involving chlorine compounds to take place, which will ultimately lead to ozone depletion.
The paylaod is the same than on the first flight, and very similar to the two preceding flights. The ozone photometer on this flight is the one developped by LMD in France. On the two preceding flights, it was the one developped by the University of Colorado.
Debrief after the flight: very cold launch today, the temperature was -39°C when we were starting.

14 septembre -- September 14

Two balloons on their way to the stratosphere
Launch of PSC-17 The safety and scientific gondolas
Wyoming particle counter (left) vs Colorado ozone instrument (right) Gondola electronics and meteorological instruments
Aujourd’hui, nouveau lâcher ! Comme les deux premiers, ce ballon est doté de trois instruments de mesure pour l’étude de la destruction de l’ozone dans la stratosphère. L‘ensemble suspendu comporte 2 « nacelles »: la nacelle de servitude qui permet le contrôle du vol, et la nacelle charge utile qui accueille les instruments de mesure. En simultanée l’équipe de Terry Deshler lâche un ballon de courte durée, doté d’un capteur de mesure de la concentration d’ozone. Il permet une comparaison aux mesures effectuées à bord du vol de longue durée, pour identifier d’éventuelles dérives instrumentales. Ce type d’opération sera répété lorsqu'un ballon de longue durée survolera d’autres stations antarctiques
New launch today! Like the first two flights, this balloon carries three instruments aimed at documenting ozone depletion processes in the stratosphere. The flight chain is made of two gondolas, the safety one to control the flight, and the scientific one which hosts the instruments. Terry Deshler's team is simultaneously launching a short-duration balloon, with an ozone instrument on board. This flight will be used by us to compare with the ozone measurements on the long-duration balloon in order to identify possible instrumental drifts. This kind of coordinated launch will be repeated as the long-duration balloon will fly over other Antarctic stations.

13 septembre -- September 13

Camp refuelling
Trop de vent ce jour pour un nouveau lâcher. La préparation des charges utiles des vols à venir se poursuit. Au camp de lâcher, on installe deux nouveaux ballons sur les tables. Des opérations de maintenance et de réparation sont déjà nécessaires sur certains de nos moyens : samedi en phase de préparation finale, le banc de gonflage nominal est tombé en panne, il a fallu se configurer en urgence sur la redondance.
Les bâtiments du camp sur la banquise sont chauffés jour et nuit, aujourd’hui on refait le plein de carburant.
Too windy today for a new launch. The payload preparation for the next flights is ongoing. On the launchpad, we set up two new balloons on the tables. Maintenance tasks are already needed on some of our equipment: while we were getting ready for a flight on saturday, the nominal inflating equipment failed, and we had to switch to the spare one.
Our launchpad buildings on the ice are heated day and night, and we have to refuel from time to time.

12 septembre -- September 12

Repos. -35°C et un vent de 10 à 15 m/s, ce qui donne une « température ressentie » de -70°C. On décide de rester au chaud. Un avion était attendu ce jour de Christchurch pour une évacuation médicale, mais il a « boomerangué ».
Rest. -35°C and 10 to 15 m/s of wind give a wind chill of -70°C. We decide to stay indoors. A plane was expected today from Chrischurch for a medical evacuation, but it has boomeranged.

11 septembre -- September 11

Payload ready Linnea and Lars
Launch abort Payload carried at take off
Un grand calme est prévu sur toute la matinée, nous effectuons la tentative du second lâcher. Mais en pleine phase de gonflage, le vent se lève... Nous poursuivons le gonflage dans des conditions difficiles, mais tout reste bien sous contrôle. Mais le vent se renforce encore à la mise en place pour le lâcher. Le risque est trop élevé que le ballon ait été endommagé, et nous décidons d’interrompre la tentative. Nous détruisons le ballon et replaçons les matériels en sécurité à l’intérieur des bâtiments. Le vent baisse rapidement ! Le coup de vent n’aura duré qu’une demi-heure environ, mais au plus mauvais moment pour nous.
Un ballon est détruit, mais un second est prêt au vol, dans l’autre bâtiment. En début d’après-midi, après un briefing avec les prévisionnistes, nous décidons de retenter le lâcher. Cette fois-ci tout se passe bien.
La charge utile est voisine de celle du premier vol, mais le photomètre ozone est ici celui de l’Université du Colorado à Boulder. Linnea et Lars, les scientifiques en charge de cet instrument sont rassurés.
Bilan pour la semaine : CNES – VENT, 2 – 1 en faveur du CNES. On essaiera de faire mieux la semaine prochaine.
The weather conditions are very calm this morning, we try to launch our second balloon. But as we were inflating, the wind is rising up... We continue inflating in difficult conditions, keeping everything under control. But the wind is becoming even stronger just as we get ready to launch. The risk is too high that the balloon might be damaged, and we decide to cancel the attempt. We destroy the balloon, and put the safety equipments back in the tents. The wind is now decreasing very quickly! The wind gust has lasted for about half an hour, but at the worst moment for us.
A balloon is destroyed, but another is ready in the other tent. In early afternoon, after a briefing with the forecasters, we decide to try launching again. This time, everything goes right.
The payload on this flight is very similar to the one on the first flight, except that the ozone photometer is the one developped at the University of Colorado at Boulder. Linnea and Lars, the scientists who designed this instrument are confident.
This week score: CNES 2 - Wind 1. We'll try to do better next week.

10 september -- September 10

1st balloon ready in the rac tent 2nd balloon ready in the rac tent
Le vent au sol est trop fort pour un lâcher. La journée est consacrée au déploiement sur table d’un deuxième ballon, et à terminer l’intégration de la charge utile du troisième vol.
Tempête en fin de journée, passage de notre camp de lâcher en condition 1, l’équipe ballon rentre au Crary Lab bien secouée.
The surface wind is too strong today to try launching. The day is fully devoted to deploying a second balloon on a table, and finishing the preparation of the payload for the third flight
Storm this evening, our launchpad reaches condition 1 (very bad weather), and getting home tonight is quite a challenge!

9 septembre -- September 9

No wind during inflation Ready to launch!
And let's go Taking off
Première tentative de lâcher ce matin, tout se passe bien : au bout d’une heure et quart d’ascension, le ballon atteint son « plafond » à 19000 m « d’altitude pression ». Les instruments scientifiques sont mis en marche peu après, tout est nominal. Pris dans le tourbillon polaire d’hiver, il va s’approcher à 300 km du Pôle Sud, et subir une longue période de nuit et l’épreuve du grand froid.
Sa charge utile comporte un « compteur d’aérosols » de l’Université du Wyoming, un photomètre ozone du Laboratoire de Météorologie Dynamique à Palaiseau, et des capteurs de température et pression de l’air de haute précision, de ce même laboratoire.
Dans la soirée, le ballon du deuxième vol est déployé sur la table de gonflage : nous sommes prêts à lâcher dès qu’une période de vent calme se présentera à nouveau.
First attempt to launch this morning, everything runs perfectly: after one hour and fifteen minutes of ascent, the balloon reaches its ceiling at 19,000~m standard atmosphere. Scientific instruments are switched on one by one, and all looks nominal. Transported by the stratospheric polar vortex, the balloon will get as close as 300~km to South Pole, and will undergo a long night-time period and very cold temperatures.
Its payload is composed of an aerosol counter from the University of Wyoming, an ozone photometer from Laboratoire de Météorologie Dynamique at Palaiseau, France, and very precise temperature and pressure sensors also integrated in this lab.
In the evening, the balloon for the second flight is laid out on the inflation table: we are ready to launch as soon as a quiet wind period occurs.

8 septembre -- September 8

This may be for us! Preparing the payload
Les conditions météorologiques sont encore plus sévères ce matin, accès à l’aire de lâcher interdit. Heureusement, amélioration en cours de journée, la préparation du site de lâcher peut alors reprendre. Il nous reste du travail pour monter les installations à leur pleine capacité, c'est-à-dire doubler les moyens pouvoir effectuer 2 lâchers en une journée. Cela pour profiter pleinement des situations météorologiques favorables, une précaution qui au vu de la météorologie de ce début de campagne est bien justifiée.
Ce soir, à l’issue des essais de contrôle, la charge utile du deuxième vol est déclarée apte au vol.
The weather conditions are even more severe this morning: access to the launch pad is forbidden. Fortunately, conditions improve later on, and we were able to resume preparing our launch site. There is still a lot to be done before we are working at full capacity: we would like to double evrything so as allow us to make two launches on the same day. This way, we could fully take advantage of a nice day, which looks like a wise precaution with the kind of weather we had so far.
This evening, the second payload was declared "ready to flight" after the routine check up.

7 september -- September 7

Warming up the generators Refilling the generators
Un vent violent persiste : on ne peut pas lâcher dans ces conditions. L’enveloppe du ballon ne résisterait pas et la charge utile risquerait de heurter le sol au décollage.
Une tâche récurrente pour deux parmi les plus matinaux d’entre nous : descendre au camp de lâcher pour mettre en marche les générateurs de puissance, après un réchauffage préalable.
La préparation de la charge utile du deuxième vol est bien engagée. En parallèle on commence celle du troisième.
Strong winds are still blowing: we cannot launch in these condtions. The balloon envelop would not resist, and the payload might hit the ground during take-off.
A routine task for two early risers among us: go down to the launchpad and switch on the power generators, after a necessary warm-up.
The payload for the second flight is almost ready. We begin to work on the third one in parallel.

6 septembre -- September 6

The famous McMurdo blue clock
En début d’après-midi nous étions prêts pour le premier vol. Mais le vent, arrivé avec trois heures d’avance sur la prévision, nous force à interrompre la tentative de lâcher. Grosse frustration ! Le temps presse pour le premier volet de notre mission relatif à la destruction de l’ozone. Le phénomène est déjà en cours, il va s’agir de ne pas rater le prochain 3H10 pour la stratosphère.
Ce jour, l’un de nos collègues américain apprend que sa maison a été détruite dans un incendie de forêt au dessus de Boulder, Colorado...
Early in the afternoon, we were ready for the first flight. But the wind came 3 hours earlier than forecast, and we were forced to cancel the attempt. Great frustration! We're working against time for the first objective of our mission: looking at ozone depletion. The processes are already ongoing, and we have to act so we don't miss the next 3:10 to the stratosphere.
Today, one of our American colleagues learned that his house was destroyed by a forest fire above Boulder, Colorado...

5 septembre -- September 5

Erebus and Castle Rock
"Nothing behind me, everything ahead of me, as is ever so on the road" J.K. Marc and Jean-Pierre
Repos... deux d’entre nous et Jean Pierre, un collègue du Québec, montagnard d’hiver, se lancent sur la boucle de « Castle Rock ». Une marche de 15 km, d’abord vers le Nord, sur la crête de la « Hut Péninsula » qui surplombe la banquise à l’Ouest avec la Chaîne de la « Royal Society » en arrière plan, « le Ross Ice Shelf » à l’Est, la plaque de glace permanente qui recouvre la mer sur plusieurs centaines de km vers le Sud. On descend ensuite sur l’Ice Shelf et l’on rentre à la station en longeant un glacier de glace bleue. Toute la journée l’Erebus, grand dominateur de la région attire notre regard. Volcan actif, 3800 m, à 30km au Nord, il émet un nuage de fumée toutes les 45 minutes. Aujourd’hui il est recouvert d’une pellicule de nuages.
Á perte de vue, la glace, la pierre, le soleil, les nuages, un ciel pur de toute trace d’avion, les ombres bleues qui lentement s’étendent à l’infini, et jusqu’au ciel. Une virée au-delà des frontières. Comme le dit Jean Pierre ici, on se sent « déplacés ».
Nous réalisons la chance que nous soit donnée la possibilité d’effectuer un tel périple à pied, car c’est certainement une grosse charge pour les services de sécurité de la station, et nous en sommes infiniment reconnaissants à la National Science Foundation.
Rest day... two of us and Jean-Pierre, a colleague from Québec, a winter mountain dweller, attempt the "Castle Rock" loop. A 15-km walk, first to the North on the "Hut Peninsula" ridge which dominates the ice on the west, with the Royal Society range at the back, the "Ross ice shelf" to the east (a permanent ice pack which covers the sea over hundreds of km to the south). We then go down to the ice shelf and we return to the station along a blue ice glacier. The whole day we are aware of Mount Erebus, which dominates the region. An active volcano, 3800m, 30km to the north, it emits a cloud of smoke every 45 minutes. Today, it is covered by a thin cloud layer.
As far away as we can see, ice, stones, sun, clouds, a sky without any contrail, blue shadows which softly spread toward infinity, and reach the sky. A journey beyond frontiers. As Jean-Pierre remarked, here, we are "displaced".
We realize how lucky we are to make such a walk, for it must be a significant responsability for the safety people at the station, and for that we are very grateful to the National Science Foundation.

4 septembre -- September 4

Mauvaises nouvelles ce matin en provenance de Christchurch. On découvre que ce beau pays d'où nous sommes partis pour l'Antarctique, si serein habituellement, est sous la menace de gros tremblements de terre.
L’accès à notre base est interdit toute la matinée pour visibilité est insuffisante, une suspension forcée de la préparation à ce niveau. Quelques difficultés imprévues dans le déroulement des essais du premier ensemble de vol, mais au final, c’est une fausse alerte. Ces problèmes ne nous ont pas permis d’atteindre notre objectif d’être prêts pour le premier lâcher ce jour, 3 jours après la mise à disposition de la base de lâchers. Pour conclure cette journée, un épisode de vent fort dans la nuit détruit l’un de nos deux anémomètres.
Bad news from Christchurch this morning. We learn that this beautiful country, our departure point for Antarctica, usually so serene, is hit by violent earthquakes.
Access to our launchpad is forbidden this morning because of the poor visibility, thereby delaying our preparations. In addition, we encountered some unexpected difficulties while checking our first gondola, but in the end it was a false alarm. These issues have prevented us from reaching our objective of being ready today for launching, 3 days after the launchpad was placed at our disposal. And to finish the day, strong winds during the night destroy one of our two anemometers.

3 septembre -- September 3

Checking the gondola before the flight The inflation table on the launchpad
Le second bâtiment pour la préparation des ballons sur l'aire de lâcher nous est ouvert ce matin avec quelques jours d’avance, merci à Shaggy et à son équipe de constructeurs. L’installation sur l’aire de lâcher se poursuit. La première table de gonflage, un véhicule de 18 mètres de long réalisée en structure gonflable, est assemblée pour subir un diagnostic après trois hivernage au froid sur la station. Elle a à première vue bien résisté. Tout de même 8 pneus à plat sur les douze roues, c’est curieux, mais Tony et son atelier mécanique connaissent bien ce problème ici, et nous apportent la solution dans la journée.
La surveillance rapprochée du vent sur l’aire de lâcher débute. Le vent au sol va être, comme pour Stratéole – Vorcore en 2005, notre principal ennemi durant cette campagne.
This morning, a few days ahead of schedule, we have our second building available for preparing the balloons on the launchpad, thanks to Shaggy and his team of workers. We can now go on with our installation on the launch pad. The first inflation table, a 18-m long vehicle made of an inflatable structure, is assembled, and is being checked over, as it has spent 3 winters at cold temperatures on the station. It doesn't look as if it suffered too much. Nevertheless, it has 8 flat tyres out of 12 ! But Tony and his mechanical workshop colleagues are familiar with this kind of problem and repair the tyres within the day.
The close watch of surface wind speeds on the launch pad has begun. Surface winds, as was the case with Stratéole – Vorcore in 2005, will be our main enemy during this campaign.

2 septembre -- September 2

L’installation débute sur l’aire de lâcher. On se forme à la mise en œuvre des différentes machines mises à notre disposition pour y avoir un peu de chaleur, et surtout de l’énergie. Les anémomètres sont mis en place, la première table de lâcher est assemblée. Au Crary Lab, on se prépare à la vérification finale du premier ensemble de vol.
Ce soir première communication vidéophonique entre McMurdo et le Centre de Contrôle à Toulouse, vive Skype !
Certains d’entre nous sont de sortie ce soir: le jeudi, le tout McMurdo est bienvenu à la station Néo-Zélandaise Scott Base, juste à côté. Bon choix de Whisky !
We have started our installation on the launch pad. We are getting used to using the various machines that we have to heat the tents, or to power the launch pad. Anemometers are set, and the first launch table is assembled. At Crary lab, the first flight ensemble undergoes the final check.
This evening, we made the first video link between McMurdo and the control center in Toulouse, thanks to Skype.
Some of us are going out tonight: on thursdays, everyone in McMurdo is welcomed at the Kiwi station, Scott Base, next to here. Good selection of Whiskies !

1er septembre -- September 1st

Suzan from Wyoming Sea-Ice training with Suzan
Ballet of PSCs PSCs at sunset
« Sea ice training » ! Suzan, guide de haute montagne dans le Wyoming, nous explique les dangers de la « glace de mer ». La banquise épaisse d’un mètre quatre-vingt devrait supporter notre poids, 70 cm suffisent déjà pour un camion... Mais nous découvrons les multiples pièges que nous tend la glace transformée, souvent cachée sous de la neige dérivante. Nous allons doucement assimiler ces conseils, accepter les contraintes et prendre de bonnes habitudes, n’est ce pas Alain et Jean-Noel ?
Ce soir, nous avons pris possession du camp de lâcher doté de tout ce qu’il faut pour un premier vol. Le second bâtiment « Rac-Tent » sera terminé mardi.
Ballets de PSC au crépuscule, on ne s’en lasse pas.
"Sea-Ice Training"! Suzan, a mountain guide in the Wyoming, explains to us the risks of "Sea Ice". The ice-pack, 1.80-m wide, should sustain our weight, 70 cm being enough for a truck. But we learn about a number of traps associated with the transformed ice, which can be hidden by a thin layer of drifting snow. We will gently assimilate these advices, accept the constraints and practice good habits, won't we Alain and Jean-Noel ?
This evening, we have taken possession of our launch camp with everything necessary to make a first flight. The second "Rac-Tent" building will be finished on Tuesday.
Ballet of PSCs at sunset, just great !

31 août -- August 31

Retour au calme, les prévisions météorologiques réalisées spécialement pour la campagne par nos collègues de Météo-France nous parviennent par l'intermédiaire de notre site Web. La préparation du premier vol se poursuit, les espaces de travail se stabilisent enfin, le centre de contrôle pour l’intégration et le contrôle des systèmes bord est maintenant lui aussi en place.
Back to nice weather conditions. We have access through our web site to the meteorological forecasts specially prepared for us by our Meteo-France colleagues. The preparation of the first flight is ongoing, the work offices are finally stabilizing, and the control center for flight chain integration and onboard system controls is also ready.

30 août -- August 30

Smoke from our launch pad Blue Ice
The ice pier
Météo claire mais venteuse, ciel coloré de nuages stratosphériques polaires.
Chaque été un cargo polaire, quelquefois aussi un pétrolier, ravitaillent la station. Ils accostent à un quai de glace. Après douze ans, ce quai est en reconstruction, gros glaçon armé de câbles d’acier. Pour le former, de l’eau de mer est projetée à la surface, répartie par des bulldozers. Actuellement épais de trois mètres, il en atteindra six au final cet été pour l’accostage.
Notre invasion du Crary Lab a enfin atteint sa pleine extension, et on a réussi à caser à droite et à gauche nos dizaines de mètres cube d’emballages. La première charge utile est prête, les anémomètres sont recalés, les bancs de gonflage à nouveau calibrés. Le matériel du NCAR est bien arrivé par le dernier avion.
The weahter is clear again today, but quite windy. Colourful stratospheric polar clouds fill the sky.
Each summer, a cargo ship --- and sometimes a tanker too --- will supply the station. They berth alongside a ice pier. After twelve years, this pier, a big ice cube reinforced by steel cables, is being rebuilt. To make it, sea water is projected on the surface, and then distributed by bulldozers. It is now 3-m wide, but it will be twice this dimension this summer for the berthing.
Our Crary-lab invasion is now over, and we have succeeded in stowing our tens of cubic meters here and there. The first balloon payload is ready, the anemometers and our inflation equipment have been calibrated. The NCAR material finally arrived with the last flight.

29 août -- August 29

The Royal Society Range
Visibilité variable ce dimanche, qui nous a retenus de nous engager sur la superbe marche de Castle Rock... ce sera pour une autre fois. L’ombre de l’Erebus, haut volcan à 30 km au Nord, défile sur la « Royal Society Range », un cadran solaire majestueux. Là, un peu droite du Mont Discovery, il indique onze heures.
La construction de notre camp se poursuit devant nous.
The visibility is somewhat variable this sunday, which prevents us from walking along the superb Castle Rock loop... This will have to be another time. The shadow of Mount Erebus, a big volcano located 30 km to the North, is moving on the Royal Society Range, a very scenic sun-dial. There, a little bit to the right of Mount Discovery, it's indicating 11 am.
The preparation of our launch camp is going on in front of us.

28 août -- August 28

Calibration of our inflation equipment at the gym gas weighting
Mélanie can manage many computers !
Journée splendide encore, c’est vraiment la belle saison ! Le dernier avion de la saison « Winfly » est reparti, petits battements d’ailes du gros C17 comme un au revoir. Au restaurant, on croit lire sur certains visages « enfin seuls ».
Le centre de contrôle opérationnel est prêt, bien joué Mélanie. On contrôle la précision des bancs de gonflage des ballons en « pesant » la quantité de gaz, et on envahit toujours plus d’espace dans le Crary Lab.
Another superb day, it really looks like a very nice season! The last Winfly plane has departed, with a brief flap of the wings from the big C17 like an "au revoir". At the retaurant, some faces seem to say "alone at last".
The operational control center is now ready thanks to Melanie. We check the precision of our inflating equipment by weighting the gas quantity, and we take possession of more and more space in the Crary Lab.

27 août -- August 27

Our launch buildings being erected
Toujours le grand calme, ciel clair, sauf pendant un petit moment… celui où l’avion attendu depuis 4 jours arrive sur la station. Une nappe de brouillard se déploie, et l'avion doit faire demi-tour vers la Nouvelle Zélande sans avoir pu atterrir. On appelle cela ici « boomeranguer », pas très sympathique pour les passagers. Mais à Christchurch, changement d’équipage, plein de kérozène et redécollage se font sans plus tarder, pour finalement une arrivée à bon terme au milieu de la nuit.
À McMurdo, le premier de nos bâtiments de lâcher a émergé de la banquise ce jour.
Still beautiful weather and clear sky over here, except when the plane expected for the past 4 days arrives at the station. At that precise moment, the sky becomes very foggy and the plane has to take a U-turn back to New-Zealand. This is what is called here "to boomerang", which is not a very pleasant experience for the passengers. But at Christchurch, the crew switch-over, the refuelling, and the new take off are performed very efficiently, so that finally everyone arrives here safely in the middle of the night.
At McMurdo, our first launch building is emerging from the ice.

26 août -- August 26

McMurdo fire house, hospital and restaurant Delivery at Crary lab
Alain from the Gers ! Jerome the Terrific !
Apaisement complet, ciel clair. La station tourne encore au ralenti jusqu’au déneigement. L’avion attendu depuis 3 jours est espéré pour demain. Le vidage de nos conteneurs maritimes reprend, la construction de l’aire de lâcher aussi. Le déballage des matériels est maintenant terminé pour ce qui a été transporté par avion. La calibration finale des instruments scientifiques est engagée.
Complete calming down of meteorological conditions. The station is still running slowly until the removal of snow drifts. The plane expected for the last 3 days is scheduled for tomorrow. We can go back to our maritime containers, and resume the preparation of our launching pad. We are finished with unpacking our air freight. The final calibration of the scientific instruments has started.

25 août -- August 25


Lars' time lapse movie showing assembly at Crary Lab, McMurdo, Antarctica
Mauvais temps depuis 3 jours, et maintenant la tempête. Tout le monde est bloqué à la station, la préparation de nos installations de lâcher est suspendue. Nos installations labo prennent forme, nos antennes commencent à pointer sur le toit du « Crary Lab ».
Ce soir, la station est entre « condition 2 » (risque de s’envoler) et « condition 1 » (risque de se faire assommer). Nous sommes consignés dans nos résidences, des cordes sont installées entre les bâtiments principaux. Il ne faudrait pas que l’on ait ce temps jusque fin octobre..
Bad weather for the past 3 days, and now the storm. Everyone is blocked in the station, and the preparation of our launching pad is stopped. At the laboratory, our installation is in good shape: our antennas now point on the roof of "Crary Lab".
This evening, the station is between "condition 2" (visk mf0being blown away) and "condition 1" (risk of being knocked unconscious). We are obliged to stay in our rooms, while ropes are installed between buildings. It would be bad if we had this sort of weather up untill end of October...

24 août -- August 24

Poursuite du décolisage, prise de contact avec les multiples services de la station. Et aussi comment utiliser les véhicules ici sans les ruiner : vitesse obligatoirement limitée à 15 miles à l’heure !
We continue to unpack our stuff, and take contact with the station's numerous services. We also learn how to use the vehicles here (that is without destroying them): mandatory speed limit of 15 miles/hour.

23 août -- August 23

Sécurité : nous apprenons à bien réagir face au froid, à se protéger, à détecter les signes de refroidissement chez les collègues (mauvaise humeur, comportement irrationnel). On saura maintenant comprendre et réagir à ces situations, ce qui peut en fait être utile par tout temps !
Notre aire de lâcher sera à proximité de la station, le risque est donc très faible de s’y faire bloquer par le mauvais temps. On nous prépare cependant à cette situation : une « cache » de matériel de survie sera placée dans notre tente. C'est fait, on se sent vraiment en Antarctique...
Safety first: we are tought how to react in the cold, how to protect ourselves and how to detect in our colleague's behaviour signs of extreme cooling (bad temper, irrational behaviour). Now we'll know how to react in such situations, which can actually be useful whatever the temperature!
Our launching pad will be located very close to the station, and the risk of being trapped there due to bad weather is therefore very small. Nevertherless, we are preparing for this eventuality: a small cache of survival equipment will be located next to buildings. Well, now it really looks like Antarctica...

21 août - August 21

PSCs under the moon Daytime PSCs
Unpacking !
Le vent est fort en altitude. Le ciel est rempli de nuages stratosphériques polaires, d’abord éclairés par la lune puis par le soleil qui, lui, n’est pas encore visible.
Plus terre à terre, la gestion de notre matériel. Nous n’avons pas encore pu accéder au matériel lourd arrivé par bateau, lors d’un été précédent. La gestion optimale des matériels qui arrivent par avion, dans l’espace disponible, est une opération à mener avec soin.
The wind is strong higher up in the air. The sky is full of polar stratospheric clouds, first illuminated by the Moon, and then by the Sun, which is still not visible.
Meanwhile, on the ground, we have to sort out our material. We still don't have access to our heavy packages, which were shipped here during a previous summer. The optimal handling of our air cargo in the limited space available requires great care.

20 août - August 20

Inside the C17 toward McMurdo The icy continent
Sun disappearing Cold arrival
Décollage à 6 heures, dans un C17 de la base McChord, plus de cargo que de passagers.
Quelques heures plus tard, nous engageons le survol du Continent, dos au soleil. Le sol s’assombrit.
Atterrissage à midi solaire. Sur la station la mode est toujours au rouge, le froid est toujours intense. Et pour les quatre d’entre nous qui reviennent après 2005, l’impression très forte d’un retour après une courte absence. Mais en étaient-ils vraiment revenus diront peut-être certains (es) ?
Take off at 6 pm, in a C17 from McChord AFB, more cargo than passengers.
A few hours later, we begin to fly over the Continent, the sun in our back. The ground is becoming darker.
Landing at solar noon. In the station, red is still the trendy color, and the cold still intense. And for the 4 of us who were here in 2005, it feels as if we've only been away for a short break. Actually, some may claim we never really left here !

18 août - August 18

Night fire
Christchurch, Nouvelle Zélande, Île du sud. D'ici décollent les avions cargo de l’US Air Force, affrétés par la National Science Foundation, à destination de la banquise en face de l’Ile de Ross, en contre-bas de la station McMurdo. Notre départ est toujours prévu pour le 20.
8°C, vent et pluie, pour une douce transition vers l’Antarctique. Et cette nuit une petite pointe d’humour British. Vers 1 heure du matin l’hôtel est évacué dans le bruit des alarmes et une odeur agressive. Quatre camions de pompiers, intervention dans le calme des hommes du feu : c’est un... détecteur de fumée qui se consume dans un bureau !
Christchurch, Southern Island, New Zealand. From here, US Air Force cargo planes chartered by the National Science Foundation take off to the Ice near Ross Island, where McMurdo is located. Our departure is still planned for the 20th.
8°C, wind and rain allow us to get gently accustomed to Antarctic climate. And last night, a British-humor-style incident... Around 1:00 am, the hotel is evacuated with noise, alarm bells, and an unpleasant smell: what's burning? - a smoke-detector!

13 juin - June 13

Le départ des équipes CNES et LMD pour la nouvelle aventure en Antarctique est prévu pour le 13 Août. Passage obligé par Christchurch Nouvelle-Zélande pour une prise de contact avec la NSF. Au programme : briefing sur la vie à McMurdo, remise de l'équipement contre le froid et grand départ pour l'Antarctique... Toute l'équipe du McMurdo Post reprend le service fin août pour vous narrer l'histoire de la campagne Concordiasi jusqu'à fin octobre !
The departure of the CNES and LMD teams for their new adventure in Antarctica is planned on August 13. Mandatory stop at Christchurch, New Zealand to meet the NSF polar program representatives, who will brief us on the life in McMurdo, provide our cold gears and let us know when we will take off for the Ice... The McMurdo Post team is back to tell the Concordiasi story until late October !

retour Retour Back